Étiquette : Omer

Lausanne Foxes Dodgeball Greg Zoni 5 questions à

5 questions à … Greg Zoni

Après s’être fait passer à la casserole par Joane, Omer prend le micro en main. Pour ces “5 questions à … “, il s’attaque au délicieux Greg, l’une de nos dernières recrues. L’occasion pour vous de faire connaissance avec cette force de la nature!

Omer: Bonjour !

Greg: Mais bonjouuuur !

Première question pour briser la glace, entrainement du dimanche terminé. Comment tu te sens ?

Euhmmmm, j’ai mal au bras (rires). J’ai déjà mal au bras depuis un petit moment à force de tirer… un peu trop fort (rires) Mais sinon ça va, ça fait du bien.

Ouais, ça permet de se défouler un petit peu.

Exact.

Alors, on commence les questions sérieuses. Sauf erreur, tu es l’un des derniers arrivés au sein des Foxes. Auparavant tu avais participé à plusieurs reprises aux entraînements ouverts avant de te décider à faire le pas et devenir officiellement à un joueur des Lausanne Foxes. Comment as-tu connaissance du Dodgeball et des Lausanne Foxes ?

Alors, le dodgeball… via le film, comme pas mal de gens. Pour les Foxes, ça a commencé avec Kim qui a invité ma sœur (et également sa collègue) à un des entraînements ouverts. Ensuite ma sœur m’a invité moi et c’est comme ça que je suis arrivé chez les Foxes. Et vu que c’est un peu le seul club que de toute façon je connais… et aussi le plus près on va dire (rires), c’est comme ça que je suis arrivé.

Ok, parfait. En tout cas on est très content de t’avoir dans l’équipe, ça fait toujours plaisir d’avoir des nouvelles têtes. Maintenant, j’espère que la prochaine question va nous amener à une info que peu de gens connaissent. De nombreux joueuses et joueurs ont des surnoms( par exemple FluFlu, Le Bazooka de Vufflens, Benno, etc. Je laisse deviner à nos lecteurs à qui ils appartiennent!) Est-ce que toi tu as un surnom et si oui quelle est son anecdote ?

Grand sourire, petit moment d’hésitation, et quelques rires s’enchaînent: La seule personne qui me donne un surnom… ben c’est ma sœur ! Personne d’autre ne me donne un surnom… Elle m’appelle “Kéké”. Franchement je sais pas pourquoi (fous rires!) Et ça date! (tout en faisant des gestes de mains confirmant l’âge de ce surnom)

Parfait, on tient une exclusivité ! Sinon, en dehors du dodgeball, est-ce que tu pratiques ou eus pratiqué d’autre(s) sport(s) ?

Alors j’ai eu fait d’autres sports, mais j’en fait plus à côté parce que j’ai plus le temps. J’ai fait 12 ans de Judo avant de commencer le dodge.

D’où ces bras qui envoient des tirs surpuissants !

Ça aide! (rires)

On poursuit avec le registre international. Cet été tu as rejoint l’équipe Suisse pour l’Euro en Italie, cela malgré le fait que tu étais blessé et que tu ne pouvais pas jouer… donc c’était vraiment super sympa de ta part ! On était aussi très content de t’avoir, car ça faisait une personne de plus dans le groupe Suisse et tu as apporté du tien dans la bonne ambiance mais aussi pour donner de la voix depuis les tribunes ! Même en tant que “non-joueur”. Premier Euro, première fois que tu as vu d’autres nations. Qu’est-ce que tu as pensé de cette expérience ? Est-ce que ça t’a donné des envies pour le prochain Euro ?

Ouais, alors clairement cet Euro c’était ouf ! C’était la première fois que je participais à une compétition internationale, donc c’était un peu tout nouveau pour moi. J’avais déjà vu les Foxes jouer ici et face à d’autres clubs, mais c’est vrai qu’en arrivant à l’Euro et en voyant ces autres nations comme l’Angleterre ou l’Autriche, on comprend qu’il y a un autre niveau aussi. C’est super impressionnant ! Mis à part ce côté, il y a aussi le côté fair-play, l’ambiance et les joueurs et joueuses des autres nations sont tous super sympas ! C’est un Euro, c’est sérieux, mais ça garde quand même une petite ambiance festive et vraiment hyper fair-play et sympathique derrière, et c’est ça que j’ai adoré ! Pour le prochain Euro, si je peux venir cet été je suis très très chaud et très très motivé. J’aime quand même bien la compétition et j’ai envie de voir ce que ça peut donner !

Donc pour les dates de l’Euro tu es libre/disponible ?

Je devrais (rires).

Avis aux coaches et recruteurs de l’Equipe Suisse 🙂 Dernière question… Pendant cet Euro, malgré le fait que tu ne joues pas… Que ce soit de loin ou sur les photos, on pouvait te voir avec un petit sac jaune (avec l’inscription Perskindol) en train de masser les bras, dos, nuques des joueurs et joueuses. Est-ce que peux m’en dire un peu plus à ce sujet ?

Ouais, vu que j’étais blessé… En se rapprochant du micro comme pour lui dire discrètement un mot à “l’oreille”: Pour ceux qui ne le savent pas, je me suis cassé le petit doigt au 2ème entrainement des Foxes (rires) Moi je suis toujours étudiant en physio, et je termine cette année. Vu que je ne pouvais pas jouer pendant l’Euro, j’ai proposé à la Fédération Suisse de rejoindre le staff en temps que soigneur/physio pour aider un peu pour les petites fatigues, les petits bobos, etc. Moi ça me permettait également de pratiquer sur des gens, de rester en contact avec mon métier et ma profession. Je pense que ça donne aussi un petit plus au gens qui sont là, car c’est toujours agréable d’avoir quelqu’un qui peut prendre soin d’eux ou s’ils ont une blessure. Donc voilà…

Je confirme, ça passait extrêmement bien d’avoir quelqu’un qui peut s’occuper une tendinite, une douleur… Tu étais vraiment hyper actif et hyper présent, donc je confirme: engagez-le !

Merci! (rires)

Pour moi c’est tout, donc merci de m’avoir accordé un peu de ton temps ! Tu as la mission de choisir une autre joueuse ou un autre joueur pour le prochain interview. Bon dimanche !

Merci !

Merci à Omer pour ces “5 questions à … ” ! Pour patienter en attendant Greg Zo, lisez les interviews de Vincent, Carole, Joane et Omer! Merci à vous de continuer à suivre cette série qui déchaîne les passions! On se régale!

Omer Kesici Lausanne Foxes Dodgeball 5 questions à

5 questions à … Omer Kesici

C’est le samedi 19 janvier, suite à un entrainement ouvert des Lausanne Foxes, qu’Omer a répondu aux 5 questions de Joane ! Malgré les pensées des autres joueurs observant de loin cet interview, l’ambiance y était bonne et nous n’étions aucunement en train de régler nos comptes.

Joane : Cher Omer, raconte-nous ton parcours dodgeballistique, et comment tu es devenu une star des Lausanne Foxes.

Omer : (Rires) oufff ! euh… star c’est un grand mot, je vais vous le dire ! En fait, ça faisait en tout cas une année que Ludo me disait, « ouais, tu ne veux pas venir les week-end, on s’entraîne à Lausanne » et chaque fois, qu’il disait que l’entrainement était le matin… ben ça me démotivait un petit peu ! J’ai réussi à repousser ça plus d’une année et puis en été 2016, il m’a de nouveau motivé et je suis venu cette fois-ci un peu au début de l’entrainement ! Auparavant je faisais du basket, donc avec des gros ballons, et au moment où j’ai commencé le dodgeball, on jouait avec 3 gros ballons, du coup je me suis dit : « ah mais c’est super cool, c’est facile !». J’ai fait 3 semaines, les règles du jeu ont changé, et il y a eu des petits ballons qui sont arrivés ! Ça a changé la donne ! Et voilà, maintenant c’est la troisième année, donc ça avance gentiment ! Et toujours autant de plaisir !

On raconte que tu es tout le temps en retard, et que tu t’arranges pour arriver après les pompes de l’échauffement : donnes nous tord et expliques nous les raisons de tous ces retards !

(Rires) En fait je crois que j’ai du mal à m’y prendre le matin ! Ce matin c’est l’exemple phénoménal où je suis arrivé à 10h25 au lieu de 10h00 et pourtant je me suis réveillé à 9h00. J’ai pris mon petit café, j’ai pris mon petit déjeuner et une chose en entraînant une autre, c’était 9h55 et j’étais toujours chez moi… Et puis, par pur hasard, les pompes et cette phase un peu compliquée de l’entrainement arrivent toujours au début et ça tombe dans mon petit quart d’heure de retard, donc ce n’est pas volontaire, pas vraiment, mais voilà. Et du coup il y a une rumeur qui me poursuit tous les week-ends …

Tu ne la démens pas vraiment du coup ?

Je ne répondrais pas à cette question ! (Rires)

Malgré cela, tu es présent à de nombreux entraînements : qu’est ce qui te plaît le plus dans le dodgeball et qui continue à alimenter ta flamme pour ce sport ?

Ben au sein des Foxes, et au sein de la Suisse, le grand plus, en tout cas pour moi, c’est l’esprit d’équipe, la camaraderie et vraiment l’ambiance qu’on a ici ! Ça c’est un premier facteur qui pousse à revenir à chaque entrainement, revoir les gens ! Et puis le deuxième, c’est le fair-play, et ce sport que je trouve incroyable ! J’ai vu le film cette semaine, il n’y a pas longtemps, et quand tu regardes le film, tu vois pas trop les gens transpirer, tu te dis « Mais c’est pas trop physique ! » et quand tu viens ici, c’est vraiment intense, c’est dur, c’est tendu pendant le match mais dès que c’est fini, tout le monde redevient ami, tu resserres les mains, tu rigoles et je trouve ça incroyable !

Eh ben… j’en ai la larme à l’œil !

(Rires)

Parlons maintenant du futur : qui seras tu dans 10 ans : plutôt président de la fédération mondiale de Dodgeball ou le MVP des Jeux Olympiques ?

Ohhh des Jeux Olympiques …alors là je ne pense pas que j’y arriverais! Je serais déjà retraité au moment où le Dodgeball sera un sport olympique ! Mais non, déjà si j’arrive à continuer quelques années à ce niveau-là, ce serait déjà top ! Et des rumeurs disent qu’une fédération de dodgeball en Turquie a été créée, qui est donc ma deuxième nationalité donc peut être que je serais le Benno de la Turquie dans 10 ans !

Tu en viens même à anticiper ma dernière question : Sous quelle couleur accompliras-tu tous ces exploits, avec l’arrivée de la Turquie dans le monde du Dodgeball, j’imagine qu’il est difficile de faire un choix. Alors plutôt fondue ou kebab ?

Ahhhh… je suis plutôt fondue ! Mais j’ai un avantage c’est que dans les deux pays, les deux couleurs sont rouges et blancs, donc je dirais que je serais dans les couleurs rouges et blanches !

Merci Omer !

Merci !

En attendant de découvrir qui sera interviewé par ce bon Omer, mettez-vous bien et lisez ou relisez les 5 questions à … JoaneVincent  et Carole.