Auteur : Ludovic

Lausanne Foxes Maxime 5 questions à

5 questions à … Maxime Val

Les 5 questions s’enchaînent, mais ne se ressemblent pas! Aujourd’hui, Greg interroge Maxime, pour notre plus grand bonheur! De Stockholm à Lausanne en passant par Lignano, la République Tchèque et la Suisse allemande, cette interview va vous faire voyager!

Greg : Salut Maxime! 

Maxime : Hello!

Aujourd’hui, c’est la 2ème journée de championnat. Fin de la journée pour toi, comment tu te sens ?

Euh bien, c’était cool. Ça faisait plaisir de voir autant de monde sur le terrain et en dehors, qui étaient là pour nous soutenir, c’était vraiment chouette. Et je crois qu’on a fait de jolis matchs, on a tout gagné, c’est chouette !

Oui très très bonne journée aujourd’hui! Deux très très bons matchs. C’était sympa, ça fait plaisir tout ça. Un peu plus par rapport à toi, Maxime, comment es-tu arrivé dans le monde du dogeball ?

Euhhhhmmmm alors euh c’est une histoire un peu marrante, un peu un hasard. En fait j’ai un super bon pote du gymnase, enfin deux supers bons potes: Melvic qui est un joueur du club et Lilian qui habite à Stockholm. Et de temps en temps on se fait des soirées gaming. Lors d’une de ces soirées, on s’est retrouvé Lilian, Melvic et moi à discuter sur Skype et la copine de Melvic (ndr: Joane, joueuse des Foxes) a dit : « ouais, maintenant tu arrêtes de jouer Melvic! Ou alors vous pouvez continuer à jouer, mais Maxime doit venir à l’entrainement ouvert demain pour essayer ». Et du coup on a scellé le deal comme ça. On a encore joué 2 heures et le lendemain matin je me suis retrouvé en train de tester le dodgeball. J’ai trouvé ça hyper cool, hyper ludique. Et c’est vraiment cet aspect qui m’a beaucoup plu dans le dodgeball, c’est que c’est très ludique et on se marre tout de suite. Et j’ai continué, et ça fait une année à peu près que j’en fait.

Okay très bien, belle arrivée en tout cas ! 3ème question, l’année passée tu as participé au championnat européen de dodgeball à Lignano, tu faisais partie de l’équipe mixte. C’est quoi ton meilleur souvenir ?

Hummm… Mon meilleur souvenir…. Alors je vais en donner deux, un sportif et un en dehors du sport. Le meilleur souvenir sportif, c’est quand on a joué contre l’Italie. Donc on a perdu… 24 euh… non 32 euh non 34 à 0… Donc c’était vraiment un match qui était dur, mais c’était cool de voir des mégas bons joueurs, et qu’il y a quand même quelques manches qu’on a réussi à leur prendre (ndr: visiblement pas, puisque vous avez perdu 34-0… ça sent la manipulation tout ça!). Et du coup, il y a une manche où j’ai presque eu l’espoir de ga… enfin qu’on gagne la manche! Il restait un italien en face et on était tout fou et puis bon, il nous a quand même tous éliminés mais c’était vraiment des bons souvenirs, c’était vraiment chouette au niveau sportif! Et en dehors du sport, il y a vraiment une bonne ambiance, c’est très compétitif pendant les matchs mais en dehors c’est vraiment hyper cool. Tout le monde est assez ouvert à discuter malgré les rivalités durant les parties. Notamment la dernière soirée où on a fait une méga fête tous ensemble et dansé avec les suédois complètement fous, les anglais ivres morts et les autrichiens avec leur musique à fond, c’était vraiment des bons souvenirs.

La fameuse soirée du gala ?

Voilà c’est ça !

Okay super merci ! Dans environ 3 semaines, il y a la Coupe d’Europe Centrale qui se passe en République Tchèque, si je ne me trompe pas, tu y vas !? (Maxime : Yes !) Tu la sens comment, cette CEC ?

Ben là j’ai été un peu malade ces derniers temps, donc je me suis moins entraîné, du coup là je ne suis pas hyper chaud pour l’instant… Mais il reste deux semaines et je vais essayer de venir à tous les entraînements pour être au top du top. Et cette fois je vais jouer en homme, pas en mixte, du coup je me réjouis d’essayer de voir quelles sont les différences. J’avais beaucoup aimé jouer en mixte donc on verra si j’aime aussi jouer en homme.

Une nouvelle expérience, ce qui changera un petit peu ! Dernière question Maxime, le dodgeball en Suisse dans 10 ans, tu vois ça comment ?

(Maxime réfléchit dans sa tête pendant bien 10 secondes) Alors il faut savoir qu’en 2020, il y a la CEC, donc la Coupe d’Europe Centrale, événement auquel on participe dans 2 semaines, qui sera organisée en Suisse. Donc ça j’espère que ça va un peu booster le dodgeball en Suisse. Et dans 10 ans, ben j’espère que ça se sera développé, qu’on aura des clubs pas seulement en Suisse romande mais aussi en Suisse allemande. Et qu’il y ait cette bonne vieille rivalité Suisse allemande/Suisse romande qui se mette en place histoire qu’on ait des championnats avec vraiment plus d’enjeu on va dire que les personnes que l’on connait là autour. Et je pense que ça sera cool !

La bataille du Röstigraben !?

C’est ça ouais, qu’on va gagner bien sûr !

Merci beaucoup à Maxime qui a bien voulu se prêter au jeu du micro, bonne chance à toi !

Et merci à Greg d’avoir pris le temps de réaliser cette interview malgré ses examens (on croise les doigts (lol) pour toi!). En attendant de voir vers qui Maxime se tournera, lisez ou relisez les interviews de GregVincent, Carole, Joane et Omer

Lausanne Foxes Dodgeball Greg Zoni 5 questions à

5 questions à … Greg Zoni

Après s’être fait passer à la casserole par Joane, Omer prend le micro en main. Pour ces “5 questions à … “, il s’attaque au délicieux Greg, l’une de nos dernières recrues. L’occasion pour vous de faire connaissance avec cette force de la nature!

Omer: Bonjour !

Greg: Mais bonjouuuur !

Première question pour briser la glace, entrainement du dimanche terminé. Comment tu te sens ?

Euhmmmm, j’ai mal au bras (rires). J’ai déjà mal au bras depuis un petit moment à force de tirer… un peu trop fort (rires) Mais sinon ça va, ça fait du bien.

Ouais, ça permet de se défouler un petit peu.

Exact.

Alors, on commence les questions sérieuses. Sauf erreur, tu es l’un des derniers arrivés au sein des Foxes. Auparavant tu avais participé à plusieurs reprises aux entraînements ouverts avant de te décider à faire le pas et devenir officiellement à un joueur des Lausanne Foxes. Comment as-tu connaissance du Dodgeball et des Lausanne Foxes ?

Alors, le dodgeball… via le film, comme pas mal de gens. Pour les Foxes, ça a commencé avec Kim qui a invité ma sœur (et également sa collègue) à un des entraînements ouverts. Ensuite ma sœur m’a invité moi et c’est comme ça que je suis arrivé chez les Foxes. Et vu que c’est un peu le seul club que de toute façon je connais… et aussi le plus près on va dire (rires), c’est comme ça que je suis arrivé.

Ok, parfait. En tout cas on est très content de t’avoir dans l’équipe, ça fait toujours plaisir d’avoir des nouvelles têtes. Maintenant, j’espère que la prochaine question va nous amener à une info que peu de gens connaissent. De nombreux joueuses et joueurs ont des surnoms( par exemple FluFlu, Le Bazooka de Vufflens, Benno, etc. Je laisse deviner à nos lecteurs à qui ils appartiennent!) Est-ce que toi tu as un surnom et si oui quelle est son anecdote ?

Grand sourire, petit moment d’hésitation, et quelques rires s’enchaînent: La seule personne qui me donne un surnom… ben c’est ma sœur ! Personne d’autre ne me donne un surnom… Elle m’appelle “Kéké”. Franchement je sais pas pourquoi (fous rires!) Et ça date! (tout en faisant des gestes de mains confirmant l’âge de ce surnom)

Parfait, on tient une exclusivité ! Sinon, en dehors du dodgeball, est-ce que tu pratiques ou eus pratiqué d’autre(s) sport(s) ?

Alors j’ai eu fait d’autres sports, mais j’en fait plus à côté parce que j’ai plus le temps. J’ai fait 12 ans de Judo avant de commencer le dodge.

D’où ces bras qui envoient des tirs surpuissants !

Ça aide! (rires)

On poursuit avec le registre international. Cet été tu as rejoint l’équipe Suisse pour l’Euro en Italie, cela malgré le fait que tu étais blessé et que tu ne pouvais pas jouer… donc c’était vraiment super sympa de ta part ! On était aussi très content de t’avoir, car ça faisait une personne de plus dans le groupe Suisse et tu as apporté du tien dans la bonne ambiance mais aussi pour donner de la voix depuis les tribunes ! Même en tant que “non-joueur”. Premier Euro, première fois que tu as vu d’autres nations. Qu’est-ce que tu as pensé de cette expérience ? Est-ce que ça t’a donné des envies pour le prochain Euro ?

Ouais, alors clairement cet Euro c’était ouf ! C’était la première fois que je participais à une compétition internationale, donc c’était un peu tout nouveau pour moi. J’avais déjà vu les Foxes jouer ici et face à d’autres clubs, mais c’est vrai qu’en arrivant à l’Euro et en voyant ces autres nations comme l’Angleterre ou l’Autriche, on comprend qu’il y a un autre niveau aussi. C’est super impressionnant ! Mis à part ce côté, il y a aussi le côté fair-play, l’ambiance et les joueurs et joueuses des autres nations sont tous super sympas ! C’est un Euro, c’est sérieux, mais ça garde quand même une petite ambiance festive et vraiment hyper fair-play et sympathique derrière, et c’est ça que j’ai adoré ! Pour le prochain Euro, si je peux venir cet été je suis très très chaud et très très motivé. J’aime quand même bien la compétition et j’ai envie de voir ce que ça peut donner !

Donc pour les dates de l’Euro tu es libre/disponible ?

Je devrais (rires).

Avis aux coaches et recruteurs de l’Equipe Suisse 🙂 Dernière question… Pendant cet Euro, malgré le fait que tu ne joues pas… Que ce soit de loin ou sur les photos, on pouvait te voir avec un petit sac jaune (avec l’inscription Perskindol) en train de masser les bras, dos, nuques des joueurs et joueuses. Est-ce que peux m’en dire un peu plus à ce sujet ?

Ouais, vu que j’étais blessé… En se rapprochant du micro comme pour lui dire discrètement un mot à “l’oreille”: Pour ceux qui ne le savent pas, je me suis cassé le petit doigt au 2ème entrainement des Foxes (rires) Moi je suis toujours étudiant en physio, et je termine cette année. Vu que je ne pouvais pas jouer pendant l’Euro, j’ai proposé à la Fédération Suisse de rejoindre le staff en temps que soigneur/physio pour aider un peu pour les petites fatigues, les petits bobos, etc. Moi ça me permettait également de pratiquer sur des gens, de rester en contact avec mon métier et ma profession. Je pense que ça donne aussi un petit plus au gens qui sont là, car c’est toujours agréable d’avoir quelqu’un qui peut prendre soin d’eux ou s’ils ont une blessure. Donc voilà…

Je confirme, ça passait extrêmement bien d’avoir quelqu’un qui peut s’occuper une tendinite, une douleur… Tu étais vraiment hyper actif et hyper présent, donc je confirme: engagez-le !

Merci! (rires)

Pour moi c’est tout, donc merci de m’avoir accordé un peu de ton temps ! Tu as la mission de choisir une autre joueuse ou un autre joueur pour le prochain interview. Bon dimanche !

Merci !

Merci à Omer pour ces “5 questions à … ” ! Pour patienter en attendant Greg Zo, lisez les interviews de Vincent, Carole, Joane et Omer! Merci à vous de continuer à suivre cette série qui déchaîne les passions! On se régale!

Omer Kesici Lausanne Foxes Dodgeball 5 questions à

5 questions à … Omer Kesici

C’est le samedi 19 janvier, suite à un entrainement ouvert des Lausanne Foxes, qu’Omer a répondu aux 5 questions de Joane ! Malgré les pensées des autres joueurs observant de loin cet interview, l’ambiance y était bonne et nous n’étions aucunement en train de régler nos comptes.

Joane : Cher Omer, raconte-nous ton parcours dodgeballistique, et comment tu es devenu une star des Lausanne Foxes.

Omer : (Rires) oufff ! euh… star c’est un grand mot, je vais vous le dire ! En fait, ça faisait en tout cas une année que Ludo me disait, « ouais, tu ne veux pas venir les week-end, on s’entraîne à Lausanne » et chaque fois, qu’il disait que l’entrainement était le matin… ben ça me démotivait un petit peu ! J’ai réussi à repousser ça plus d’une année et puis en été 2016, il m’a de nouveau motivé et je suis venu cette fois-ci un peu au début de l’entrainement ! Auparavant je faisais du basket, donc avec des gros ballons, et au moment où j’ai commencé le dodgeball, on jouait avec 3 gros ballons, du coup je me suis dit : « ah mais c’est super cool, c’est facile !». J’ai fait 3 semaines, les règles du jeu ont changé, et il y a eu des petits ballons qui sont arrivés ! Ça a changé la donne ! Et voilà, maintenant c’est la troisième année, donc ça avance gentiment ! Et toujours autant de plaisir !

On raconte que tu es tout le temps en retard, et que tu t’arranges pour arriver après les pompes de l’échauffement : donnes nous tord et expliques nous les raisons de tous ces retards !

(Rires) En fait je crois que j’ai du mal à m’y prendre le matin ! Ce matin c’est l’exemple phénoménal où je suis arrivé à 10h25 au lieu de 10h00 et pourtant je me suis réveillé à 9h00. J’ai pris mon petit café, j’ai pris mon petit déjeuner et une chose en entraînant une autre, c’était 9h55 et j’étais toujours chez moi… Et puis, par pur hasard, les pompes et cette phase un peu compliquée de l’entrainement arrivent toujours au début et ça tombe dans mon petit quart d’heure de retard, donc ce n’est pas volontaire, pas vraiment, mais voilà. Et du coup il y a une rumeur qui me poursuit tous les week-ends …

Tu ne la démens pas vraiment du coup ?

Je ne répondrais pas à cette question ! (Rires)

Malgré cela, tu es présent à de nombreux entraînements : qu’est ce qui te plaît le plus dans le dodgeball et qui continue à alimenter ta flamme pour ce sport ?

Ben au sein des Foxes, et au sein de la Suisse, le grand plus, en tout cas pour moi, c’est l’esprit d’équipe, la camaraderie et vraiment l’ambiance qu’on a ici ! Ça c’est un premier facteur qui pousse à revenir à chaque entrainement, revoir les gens ! Et puis le deuxième, c’est le fair-play, et ce sport que je trouve incroyable ! J’ai vu le film cette semaine, il n’y a pas longtemps, et quand tu regardes le film, tu vois pas trop les gens transpirer, tu te dis « Mais c’est pas trop physique ! » et quand tu viens ici, c’est vraiment intense, c’est dur, c’est tendu pendant le match mais dès que c’est fini, tout le monde redevient ami, tu resserres les mains, tu rigoles et je trouve ça incroyable !

Eh ben… j’en ai la larme à l’œil !

(Rires)

Parlons maintenant du futur : qui seras tu dans 10 ans : plutôt président de la fédération mondiale de Dodgeball ou le MVP des Jeux Olympiques ?

Ohhh des Jeux Olympiques …alors là je ne pense pas que j’y arriverais! Je serais déjà retraité au moment où le Dodgeball sera un sport olympique ! Mais non, déjà si j’arrive à continuer quelques années à ce niveau-là, ce serait déjà top ! Et des rumeurs disent qu’une fédération de dodgeball en Turquie a été créée, qui est donc ma deuxième nationalité donc peut être que je serais le Benno de la Turquie dans 10 ans !

Tu en viens même à anticiper ma dernière question : Sous quelle couleur accompliras-tu tous ces exploits, avec l’arrivée de la Turquie dans le monde du Dodgeball, j’imagine qu’il est difficile de faire un choix. Alors plutôt fondue ou kebab ?

Ahhhh… je suis plutôt fondue ! Mais j’ai un avantage c’est que dans les deux pays, les deux couleurs sont rouges et blancs, donc je dirais que je serais dans les couleurs rouges et blanches !

Merci Omer !

Merci !

En attendant de découvrir qui sera interviewé par ce bon Omer, mettez-vous bien et lisez ou relisez les 5 questions à … JoaneVincent  et Carole.

Lausanne Foxes 5 questions à Joane Juriens

5 questions à … Joane Juriens

C’est à l’issue d’un entraînement dominical pluvieux que notre talentueuse joueuse Joane a répondu aux questions de Carole. Également claquettiste et danseuse chevronnée à ses heures perdues, Joane fait partie des Lausanne Foxes depuis sa création.

Hello Joane, merci de me consacrer un peu de ton temps pour répondre à ces quelques questions… Premièrement, petit tour sur ton historique au sein du club. En effet, tu es une des pionnières et tu fais donc un peu partie des meubles des Lausanne Foxes… Donc comment en es-tu arrivé à faire du dodgeball ?

C’est Benjamin, rencontré sur le banc de l’UNIL en Sport, qui m’avait demandé de participer à un tournoi de dodgeball à Portalban (2014) avec d’autres personnes. Je ne pouvais, malheureusement pas y participer, mais ils en sont finalement sortis vainqueurs. Ils ne le savaient pas encore mais cette victoire leur a permis de représenter la Suisse aux championnats européens de l’année suivante, qui se sont déroulés à Belfast (Irlande du Nord). Benjamin m’avait proposé d’y aller avec eux et j’y suis allée au bol, sans n’y avoir jamais joué auparavant. J’ai tout de suite adoré ce sport et eu l’envie de progresser.

Pour n’avoir jamais arrêté ce sport depuis plus de 3 ans, qu’est-ce qui te plaît le plus dans ce sport et qu’est-ce qui te motive ?

C’est un jeu un peu enfantin auquel on a tous joué à l’école, c’est simple et sans prise de tête. Toutefois, ce sport devient très intéressant quand une stratégie de jeu est mise en place, ce qui permet de créer un beau jeu comme on le voit lors de matchs internationaux. De plus, il y a peu de règles de bases, ce qui fait que le dodgeball est accessible à tous. D’ailleurs, je suis en pleine procédure pour créer un club de dodgeball adapté (pour des personnes en situation de handicap mental).

Ceux qui te connaissent le savent déjà, mais tu fais beaucoup de claquettes et de danse à assez haut niveau. En plus d’en faire toi-même, tu donnes des cours de danse et ceci avant tes propres entraînements de dodgeball. Comment arrives-tu à concilier tout ceci ?

Je pense que quand on veut, on peut. Après c’est beaucoup d’organisation et de toute manière, j’ai de la peine à rester sans rien faire. Il m’est arrivé de devoir faire des concessions sur l’une ou l’autre de mes activités, mais c’est une organisation à avoir et surtout beaucoup d’envie et de plaisir.

D’un côté plus personnel, tu formes un couple avec Melvic aussi membre des Lausanne Foxes. Heureusement qu’il fait aussi du dodgeball, sinon vous auriez de la peine à vous voir…

Finalement, ça va car on a genre 2 entraînements de dodgeball par semaine, ce qui est peu par rapport à un sportif professionnel, par exemple, qui s’entraîne tous les soirs. Melvic a l’habitude, car à l’époque il s’entraînait tous les soirs au basket, donc il comprend que j’ai envie de faire des choses de mon côté également. Mais c’est vrai que si Melvic n’avait pas commencé le dodgeball, ça serait différent et plus compliqué de se voir au vu de mes nombreuses activités.

Ce qui n’est heureusement pas le cas, car tu as incité Melvic à rejoindre le club… ?

Oui en effet. Ayant été l’un des premières personnes du club, il est vrai que j’ai demandé à mon entourage proche de venir essayer ce sport, dont Melvic qui connaissait aussi Benjamin. Il est venu essayer le dodgeball, cela lui a énormément plu et il est resté.

C’est sur ces belles paroles que l’interview se termine. Merci Joane pour tes réponses et j’espère que vous avez apprécié ces quelques lignes. Je passe maintenant le micro à Joane qui devra interviewer le ou la renard-e de son choix pour le prochain épisode.

En attendant de découvrir qui sera interrogé par Joane, faites-vous plaisir et lisez ou relisez les 5 questions à … Vincent ou à Carole.

Carole 5 question à Lausanne Foxes Dodgeball Club

5 questions à … Carole Vulliamy

La nuit était déjà tombée depuis longtemps sur le ciel brumeux de Lausanne lorsque débuta l’épreuve ultime des Cinq questions à… Carole Vulliamy.

Bien que la fatigue rendit la montée des marches périlleuse, le jeune femme, pleine de vigueur, n’eut pas de peine à se hisser jusqu’à son interlocuteur, telle une héroïne de cire égarée dans la vallée infernale, partie défier celui que les anciens appellent aujourd’hui le Sphinx. Mi- homme, mi- Phoenix.

« Bonjour Carole », entama le Sphinx, d’un calme profond ne laissant transparaître aucune once d’émotion.

« Bonjour », répondit la jeune joueuse sur un ton de défi, « bonsoir plutôt ! Après un entrainement des Foxes ! »

Le Sphinx, bien que déstabilisé après cette correction, entreprit alors de commencer l’épreuve :

« Nous allons commencer chronologiquement : Dans le monde du dodgeball Suisse, on a pas mal de membres issus des mêmes familles, comme les Favre ou plus précisément ici les Vulliamy, avec Adrien et toi. Lequel d’entre vous a fait découvrir le dodgeball à l’autre ? »

« C’est Benjamin », s’empressa de répondre Carole, d’un ton bourru.  « Notre cher et beau président m’a dit de venir un fois essayer un entrainement. Je suis venue deux fois, avec deux copines différentes. Dès que le dodgeball a recommencé après la pause d’été, j’y suis tout de suite retournée. Après Adrien, il a commencé un peu plus tard que moi. Ce n’est pas moi qui l’ai poussé à venir, c’est Ludovic, qui est son BFF » (la jeune femme sous-entend ici best friend forever, soit littéralement « meilleur ami à jamais »).

« Très bien mon enfant », répondit le sphinx, avec un ton suave qui laissait transparaitre son infinie bonté, « et quel était l’image que tu te faisais du dodgeball avant de venir essayer ce sport pour la première fois ? As-tu pris la chose au sérieux la première fois qu’on t’en a parlé ? »

« J’avais pris ça au sérieux parce que Benjamin m’en avait parlé une fois où l’on c’était croisé. Je n’avais jamais vu le film « Dodgeball, même pas mal ! », je l’ai vu genre deux ans après avoir commencé le dodgeball. J’ai tout de suite compris que Benjamin voulait faire quelque chose de gros avec ça. Donc je suis venue pour découvrir, mais je savais que ça allait vraiment évoluer en quelque chose de bien. »

« D’accord, troisième question : Tu as participé à plusieurs championnats internationaux, quel est le moment qui pour toi a été le plus intense ? »

La renarde sembla alors troublée, elle prit le temps de réfléchir, puis entama cahin-caha :
« Lors de mon premier Euro à Glasgow en 2017, quand on a battu la France et puis … »

Le temps du Sphinx étant précieux, il tenta d’obtenir une réponse finale et de mettre fin à ce silence qui pesait sur lui avec autant de poids que l’ancre d’une vieille chaloupe corrodée par les flots.
« Donc le match contre la France est ton meilleur moment ? », entreprit-il vaillamment.

L’héritière légitime des Vulliamy répondit alors immédiatement :
« Contre les Frouses, ouais ! Tu pourras mettre les Frouses ! » sans se douter une seule seconde du danger de provoquer ainsi une créature mystique aussi pétée qu’un Sphinx-Phoenix.

Le Sphinx enchaîna avec sa quatrième question, d’un ton toujours aussi énigmatique :
« Si tu étais maintenant appelée à créer un nouveau club suisse à Cheseaux, comment appellerais-tu ce club, et bien sûr quel serait l’animal « totem » que porteraient fièrement les joueurs de Cheseaux sur leur maillot ? »

« Je ne sais même pas ce que c’est l’emblème de Cheseaux ! J’ose regarder sur internet ? », rétorqua la pauvrette.

« Non », trancha le Sphinx, qui tenait les tricheurs en horreur.

Contre toute attente, la jeune femme s’empara de sa tablette avec une fougue qui laissa le gardien du lieu pantois. Après un court instant elle s’écria : « Des cerneaux de noix ! …ah…ça ne m’inspire pas beaucoup, c’est un peu pourri comme nom d’équipe. »

Devant une jeune demoiselle semblant si décontenancée, le Sphinx choisi de se montrer une fois de plus clément.

« Ok tu peux m’écrire jusqu’à ce soir. Sinon on devra se préparer à accueillir les « Cheseaux Cerneaux de noix Dodgeball club » dans la Fédération Suisse ». (Carole n’a jamais écrit au Sphinx. Bienvenu à vous, les Cerneaux de noix !). Ma dernière question maintenant : Si tu avais le choix entre trois atouts pour que le prochain Euro se déroule au mieux pour toi, que choisirait-tu ? Première possibilité : partir avec une équipe de choc contenant les meilleurs joueurs suisses pour s’aligner à tes cotés. Ta deuxième option serait d’avoir un bonus te permettant de revenir sur le terrain à chaque manche que tu jouerais, afin de pouvoir doper tes performances, et la dernière option, ce serait d’avoir avec toi un buisson.

« Un quoi !? » s’offusqua le jeune sportive.

« Un buisson. » clos le Sphinx, avec un ton des plus ferme, ne laissant pas transparaître son envie grandissante de partir pour manger un Holy Cow.

Le malaise provoqué laissa vite sa place à des rires et des insultes de la part de Carole.
« Tu n’es qu’une * fleur des champs ! (*insulte d’emprunt) Tu n’as pas le droit d’écrire cela ! »

Malheureusement pour la jeune femme, un Sphinx peut s’octroyer ce droit.

Elle finit alors par répondre :
« Oh écoute, je dirais dans la meilleure équipe possible ! »

A l’entente de cette ultime réponse, le Sphinx acquiesça et laissa passer la jeune Carole, qui s’empressa de reprendre la route sans le moindre regard derrière elle, comme le fond tous les jeunes gens inconscient de son âge.

Vincent Lausanne Foxes Dodgeball Sphinx 5 questions à

Merci à Vincent pour cette interview complètement épique et singulière, qui nous a plongé dans l’univers des mystères, des dieux et des insultes! Ne manquez pas le prochain épisode de “5 questions à…”, qui sera mené par la délicieuse Caroule! Et en attendant, lisez ou relisez les 5 questions à Vincent Morier-Genoud!

Lausanne Foxes Dodgeball 5 questions à Ludo Vincent

5 questions à … Vincent Morier-Genoud

Bienvenue dans le premier épisode de “5 questions à…”. Sous cette appellation, vous trouverez des interviews des différent·e·s joueur·euse·s du club en 5 petites questions. La subtilité ici, c’est que la personne interrogée doit devenir l’intervieweur pour l’épisode suivant. Pour ce premier volet, c’est Ludovic qui tend le micro à l’un de ses coéquipiers.  

Ludo: Bonjour Vincent, et bienvenue pour ce premier “5 questions à …” ! Alors, première question : as-tu fait d’autres sports avant le dodgeball ? J’ai entendu parler d’une petite carrière de cycliste

Vincent: Alors le cyclisme malheureusement pas… Mon père était un grand cycliste, pas moi. J’ai fait du basket quand j’étais très petit, ça ne m’a pas du tout réussi ! Et puis j’ai fait 3 ans de boxe thai aussi, qui ne m’ont pas vraiment réussi non plus !

D’où ta violence aujourd’hui ?

D’où ma violence dans mon jeu…

Comment es-tu arrivé chez les Foxes ?

Alors, je suis arrivé chez les Foxes parce que je suis un ami de longue date du MVP du tournoi d’Orléans, qui est Corentin Vermot-Petit-Outhenin.

Aaah une légende ce joueur! Et alors, troisième question, pourquoi y es-tu resté, chez les Foxes ? Qu’est-ce que tu aimes dans le dodgeball ?

Ce que j’aime c’est le partage (un accent marseillais approximatif a fait son apparition) ! Non, j’aime le sport, je trouve qu’il est vraiment très intéressant. Et que derrière le côté rigolo que les gens voient, il y a beaucoup de stratégie. C’est un sport complet. Et une très bonne ambiance surtout ! Une bonne ambiance (l’accent marseillais est ici de retour, pour notre plus grand plaisir).

Quel est ton meilleur souvenir de dodgeball, sur le terrain uniquement ?

Sur le terrain uniquement, je pense que c’est durant l’Euro que l’on a vécu à Lignano. Il y a eu beaucoup de moments forts, notamment je dirais contre l’Irlande, avec ce match hyper serré qui aurait pu nous envoyer en 8èmes de finale.

Très bien. Et hors du terrain, monsieur VMG ? Hors du terrain mais dans le monde du dodgeball, pas dans toute votre vie !

Dans le monde du dodgeball, c’est quand j’ai mangé une patte de poulet, je pense ! (ndr: lors de l’Euro de dodgeball en Italie, les différents membres de l’équipe de Suisse ont mangé une patte de poule venue de Chine, afin de resserrer les liens qui les unissent. #teambuilding Nous sommes en possession de vidéos, mais elles n’ont malheureusement pas leur place sur ce site, qui est très sérieux, vous le savez bien.) 

Aaaah noooon ! (rires) Merci Vincent, est-ce que tu as une idée de qui tu vas questionner pour la prochaine fois ?

Pfffiou, je ne sais pas. Je vais essayer de surprendre un peu, de ne pas prendre des gens avec qui je traîne trop, histoire deeeee……

Parfait, merci bisous !

Toute l’équipe de rédaction du site (je rigole, je suis tout seul) espère que ce nouveau format vous plaît, et que vous prendrez du plaisir à découvrir nos joueur·euse·s sous un nouveau jour! À bientôt pour l’épisode 2, où ce sera au tour de notre cher Vincent de poser les 5 questions à…!

CONCOURS : Visitez la brasserie O’Bled avec les Foxes !

Participez au premier grand concours des Foxes ! On se prend pour Willy Wonka et si vous trouvez le Golden Ticket, vous pourrez visiter la brasserie O’Bled et déguster des bières en compagnie de vos joueur·euse·s préféré·e·s (oui, c’est nous) !

Bienvenue au premier concours des Foxes ! Le principe est simple : nous avons placé un Golden Ticket dans un de nos pack de bières des Foxes. Si vous le trouvez, vous êtes invité·e avec une personne de votre choix à faire une visite de la brasserie O’Bled avec toute l’équipe des Foxes ! Un après-midi décontracté et instructif, durant lequel vous pourrez découvrir le fonctionnement d’une brasserie du terroir. Vous participerez ensuite à la dégustation des différentes bières produite par notre partenaire, les brasseurs du terroir O’Bled!

Petit plaisir pour l’apéro, cadeau de Noël délicieux ou soutien sans faille à notre club, les raisons de commander des bières des Foxes ne manquent pas !

Pour participer, il vous suffit de commander un pack de bières sur notre boutique en ligne. Lors de la réception de votre colis, ouvrez le carton et si vous trouvez le Golden Ticket, c’est gagné! Alors n’hésitez plus et rendez-vous dans la boutique en ligne des Foxes! Le concours prendra fin lorsque notre stock de 200 bières sera vendu (oui, comme on ne sait pas dans quel pack sera le Golden Ticket, on ne peut pas donner de date de fin…)

Vous l’aurez remarqué, ce concours n’est pas « sans obligation d’achat ». Il sert à vous inciter à commander des bières, car notre stock arrive lentement mais sûrement vers la date d’échéance (mi-2019 quand même, on a le temps !). Il s’agit donc surtout d’une belle occasion pour vous de nous soutenir, tout en passant un après-midi de légende en notre compagnie !

La brasserie O’Bled est partenaire des Foxes depuis bientôt une année. Cette brasserie du terroir est installée à Bavois, d’où provient le malt de cette bière locale.

European Dodgeball Championships Lausanne Foxes

19 Foxes à l’Euro de Dodgeball

Les Foxes seront présents en grand nombre lors du championnat d’Europe de dodgeball, qui a lieu du 25 au 28 octobre à Lignano Sabbiadoro en Italie. En alignant 19 joueurs en équipe de Suisse, notre club montre qu’il peut jouer un rôle important sur la scène internationale!

Nous pouvons être fiers d’Aline, AmandineCarole, Joane, Kim, Shadia, SylvieAdrien, Benjamin, Corentin, Joachim, LucasLudovicMaximeMelvic, Max, Nyoman, Omer et Vincent, qui représenteront la Suisse la semaine prochaine lors de l’Euro. Saluons Greg qui, malgré sa blessure, accompagne notre délégation en tant que physio et va découvrir le niveau international. Nos joueurs et joueuses vont porter haut les couleurs de leur pays, et montrer qu’à tous les niveaux, il faut compter sur les Foxes!

Nos joueurs et joueuses joueront dans les catégories Homme, Femme et Mixte. Vous pourrez regarder leurs matchs en direct live sur internet, sur la page Youtube de la Fédération italienne de Dodgeball.

45 équipes de 18 nations s’affronteront dans ce qui s’annonce comme un événement gigantesque pour le monde du dodgeball. Pour apporter votre soutien aux Foxes, rendez-vous sur le site internet de la Fédération Suisse de Dodgeball, ainsi que sur le Facebook de la Fédération Suisse de Dodgeball ! Pour de plus amples informations sur l’événements, consultez la page Facebook de l’Euro 2018.